Les centaures et le temps suspendu



Documentaire radiophonique

Diffusions :
Le jeudi 28 novembre à 17h dans -> Sur les docks de France Culture

Le dimanche 1er décembre à 20 h dans ->Le Labo d’Espace 2 (Radio Télévision Suisse)

C’est un rêve d’enfant. Manolo, petit, grandit à Paris et a cette vision : celle d’un grand espace naturel, un terrain infini où galopent des chevaux. A leurs côtés, se trouvent des artistes. Peu à peu, cette vision prend forme et devient centaure. L’homme dompte l’animal et s’en remet à ses instincts. Ainsi naît le Théâtre du Centaure, grâce au couple d’artistes Camille et Manolo, dans le Parc Pastré, à l’extrémité Sud de Marseille et à l’entrée des Calanques. Un lieu d’utopies ? Un lieu de réalisation, depuis 20 ans, de ces êtres hybrides à la jonction de l’humain et de l’animal.
—————————–
Elle apparaît telle une déesse, debout sur son cheval noir, un Frison. Droite et légère, surplombant les trois chevaux qui la conduisent, au pas calme et régulier, rappelant un animal à trois têtes. Elle est vêtue d’une longue robe noire au tissu épais qui s’arrête en haut de sa poitrine, finissant sur la croupe ébène des chevaux avec lesquels son habit se confond.
Derrière, une haute fente laisse apparaître ses jambes. Ses longs cheveux noirs se balancent sur son dos dénudé au même rythme que les crinières. Elle se tient digne et impassible.
Soudain, un groupe se détache de la foule qui regarde passer TransHumance. Ils la suivent, tels une horde hypnotisée. Ils se rapprochent de plus en plus de la Centauresse, aspirent à la toucher. Puis ils lèvent la tête vers elle et les larmes coulent le long de leurs joues.
SJ, 2013
——————————



A venir : -> Webdoc Les centaures et le temps suspendu
Auteure et réalisation : Sandrine Jorand
Photos et montage : Katrin Eissing
Développement : Horizon Factory GmbH

——————————

Jadis, j’étais heureux d’être semblable aux miens.
Sans désir, je vivais aux champs thessaliens,
Satisfait de mon sort et content de ma force,
Par la croupe, cheval, mais homme par le torse,
Centaure ! et j’écoutais fièrement dans l’écho
Retentir et sonner mon quadruple sabot.
Un sang double et divers se mêlait dans mes veines.
J’aimais les bois, les monts, les torrents, les fontaines,
La sueur qui mouillait mon poil et, sur ma peau,
Attestait noblement mes robustes travaux.
(…)
Et moi, depuis ce jour, j’ai marché sans repos
Si loin que, sous ma chair, on compterait mes os !
(…)
Je m’arrête à jamais et couche mon flanc las
Dans la divine odeur de son herbe fleurie
Et j’attends, allongé sur sa verte prairie,
Que ce dernier soleil ajoute un dernier soir
A mon inconsolable et morne désespoir,
Car, au ciel matinal comme au ciel étoile,
Je n’ai jamais revu le blanc Cheval ailé,
Et c’est pourquoi tu vois, mécontent et farouche,
Le sanglot à la gorge et le sang à la bouche,
Mourir, ô Voyageur, en ces illustres lieux,
Le Centaure Phrixus, de Pégase envieux.

Henri de Régnier, extrait de La sandale ailée

Les Centaures et le temps suspendu est une coproduction de France Culture et d’Espace 2 – Radio Télévision Suisse, 2013

Auteure : Sandrine Jorand
Réalisation : l’auteure et Patrick Lenoir
Prise de son : Chantal Nouvelot
Photos : Katrin Eissing
Production : Irène Omélianenko pour France Culture – sur les docks
David Collin pour Espace 2 – Radio Télévision Suisse – Le labo

Avec :
Camille et Manolo, créateurs et directeurs du Théâtre du Centaure
Lucie Lebey, écuyère au Théâtre du Centaure
Pascale Picard, commissaire de l’exposition Rodin, la lumière de l’Antique, présentée à Paris du 19 novembre au 16 février au Musée Rodin
et
Les compositions sonores de Pierre Armand pour Glaise, TransHumance et de Nicolas Lespagnol-Rizzi pour Cargo du Théâtre du Centaure